www.forumactualites.org
Bienvenue sur le forum de l'information, inscrivez-vous afin de participer aux sujets qui vous intéressent
Les derniers articles
Derniers sujets
» J'ai besoin de vos avis !
Mer 26 Sep 2018 - 7:28 par fa.org

» Les boîtes noires sont désormais actives
Dim 9 Sep 2018 - 11:14 par fa.org

» Pour la reconnaissance d’un droit personnel au refus de l’installation de Linky chez soi
Jeu 8 Mar 2018 - 8:55 par fa.org

» Ce qu'il faut savoir sur l'huile de palme
Sam 24 Fév 2018 - 13:44 par x

» Candidature
Ven 23 Fév 2018 - 22:41 par x

» Dr Goldman et Mr Sachs
Ven 23 Fév 2018 - 0:34 par fa.org

» Issei Sagawa le cannibale japonais
Ven 23 Fév 2018 - 0:07 par fa.org

» Paris va prendre un nouvel arrêté de piétonnisation
Jeu 22 Fév 2018 - 8:14 par fa.org

» L'écrivain turc Ahmet Altan condamné à la prison à perpétuité
Mer 21 Fév 2018 - 18:57 par fa.org

Affaire des Mutuelles de Bretagne : quel avenir pour Richard Ferrand ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
fa.org
Site Admin
Site Admin
Messages : 201
Date d'inscription : 13/10/2017
https://www.forumactualites.org

Messagefa.org le Sam 14 Oct 2017 - 10:48

Le président des députés LREM se félicite d'avoir été « lavé de tout soupçon » après le classement sans suite de l'enquête sur les Mutuelles de Bretagne.






Un quart d'heure après le communiqué du parquet de Brest, Richard Ferrand envoyait un e-mail aux 313 députés de son groupe. « Jamais la fierté ni l'honneur de présider notre groupe ne m'ont quitté. Je garde la volonté de poursuivre la mise en oeuvre du projet de transformation du président », écrit l'élu breton. Le député du Finistère en avait gros sur le coeur. Amer, notamment contre la presse.

Persuadé d'avoir été plus maltraité par les médias que François Bayrou, le garde des Sceaux poussé à la démission par l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem. « J'espère qu'il ne va pas faire une conférence de presse vengeresse », s'inquiétait un ministre avant que la décision ne tombe... tandis qu'un pilier de la macronie lui prêtait un côté « rancunier ». Vendredi, sur BFM, l'ancien ministre a reconnu que la période avait été « éprouvante et douloureuse ».

Une opération réhabilitation bien préparée


Cet épilogue, Richard Ferrand s'y prépare depuis des jours. Dès le début de la semaine, certains de ses proches ont analysé, en toute discrétion, les motivations possibles du procureur de Brest. Les hypothèses « agréables comme désagréables » ont été étudiées, assure l'un d'eux.

Mais de fait, c'est bien à un retour par la grande porte que l'élu du Finistère a travaillé. « Il est complètement dans une mécanique de réhabilitation, assure un élu. Il m'a dit que le sujet était totalement nettoyé. » Bien avant la décision, ses proches insistaient sur les dommages collatéraux subis par sa famille. C'est sa fille à qui l'on dit dans la cour de l'école : « Ton père est un escroc. » Sa compagne qui en aurait pâti sur le plan professionnel. Autour de lui, tous insistent sur cette « épreuve ».

Nécessité aussi de montrer qu'il n'a cessé de travailler malgré son « black-out » médiatique. Preuve qu'il est « heureux » à la tête du groupe malgré son départ forcé du gouvernement, il a d'ailleurs fait des travaux dans son bureau de l'Assemblée ! Dernier message : le lien avec le chef de l'Etat n'a jamais été coupé. Les proches de Ferrand insistent, les deux hommes échangent quasi quotidiennement. « Il n'y a pas eu de rupture », assure l'Elysée.

Quel avenir au sein du groupe LREM ?


Officiellement, c'est le soulagement. « Ferrand est lavé. C'est une leçon pour le monde politique, où désormais le soupçon peut provoquer une démission », confiaient les élus LREM à l'Assemblée vendredi après-midi. Pourtant, sa survie à la tête du groupe n'est pas acquise. Il y a bien sûr les fidèles reconnaissants : « Heureusement que Richard était aux manettes ! Il est le seul parmi nous à avoir la légitimité et la compétence pour diriger plus de 300 élus. Je n'imagine pas qu'il ait envie de partir. Mais depuis vendredi, son avenir lui appartient à nouveau », estime Gilles Le Gendre, député LREM de Paris.

Oubliés la cacophonie et les couacs en série ? Pas pour tous. « Il y a toujours un problème de leadership, le groupe n'est pas managé », confient quelques députés qui préfèrent garder l'anonymat. Les amendements déposés de façon désordonnée sur les projets de budget et de financement de la Sécu en ont irrité plus d'un... Ferrand ne serait pas assez présent en séance, souffle-t-on encore.

Peut-il revenir au gouvernement ?


« Je suis fier d'être président du groupe LREM », a-t-il seulement indiqué vendredi tout en affirmant qu'« on peut réussir sa vie sans être ministre ». Le patron du groupe jure qu'il est bien là où il est. Pourtant, au Palais-Bourbon, les scénarios s'échafaudaient. Un retour au gouvernement à la faveur d'un possible jeu de bonneteau ? Très peu y croient... « Le problème de Richard, c'est que le soleil a tourné, confie un ministre. Même blanchi, il reste affaibli et ne reviendra pas au gouvernement. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Créer un compte ou se connecter pour répondre

Vous devez être membre pour répondre.

S'enregistrer

Rejoignez notre communauté ! C'est facile !


S'enregistrer

Connexion

Vous êtes déjà membre ? Aucun soucis, cliquez ici pour vous connecter.


Connexion

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum